Veille sur les outils numériques en santé dans le contexte de COVID-19

La pandémie de la COVID-19 exerce une pression importante sur les systèmes de santé à travers le monde, lesquels doivent s’adapter à une demande accrue tout en transformant leurs façons de faire pour réduire les risques de propagation du virus. Le numérique (applications, logiciels et réseaux associés) promet de soutenir les organisations, les praticiens et les citoyens via une diversité de capacités pour optimiser la gestion de l’information et soutenir les soins à distance, voire les auto-soins. Une équipe de chercheur·es de l’OBVIA dirigée par Aude Motulsky et Philipe Després a entrepris une veille numérique en lien avec la gestion de la COVID-19 dès le début du mois de mars, afin de dresser les contours des transformations numériques en cours au Canada, et exposer des observations et constats préliminaires qui permettent d’identifier des pistes de recherche et actions à prioriser pour mobiliser le potentiel tout en limitant les conséquences indésirables. Le rapport présente la démarche réalisée, les observations, ainsi que les principaux constats qui en émanent.

Lire le rapport

Cette veille sur les outils numérique en santé dans le contexte de COVID-19 s’inscrit dans le cadre des travaux de l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique (OBVIA) sur les effets des systèmes d’intelligence artificielle et des outils numériques déployés pour lutter contre la propagation de la COVID-19 sur les sociétés, soutenus par les Fonds de recherche du Québec (FRQ).


À PROPOS DE L’OBVIA

L’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique (OBVIA) est un réseau de recherche ouvert qui fédère les expertises de plus de 200 chercheur·e·s en sciences humaines et sociales, en sciences et génie, et en santé. C’est aussi un espace ouvert de discussion et de réflexion pour l’ensemble des parties prenantes au développement et à l’utilisation de l’IA et du numérique.

La mission de l’OBVIA, en se fondant sur une interrogation critique des innovations technologiques, est de soulever des enjeux cruciaux et d’identifier des solutions plausibles aux problèmes et opportunités posés par les développements de l’IA et du numérique au Québec et ailleurs dans le monde.

Nous voulons contribuer à définir le bien commun qui devrait être poursuivi par ces innovations en produisant des connaissances ou en menant des projets de recherche-création sur leurs retombées sociales et en interpellant les institutions démocratiques. Nos travaux s’inscrivent dans une perspective d’innovation responsable.

INFORMATIONS

communications@observatoire-ia.ulaval.ca

 

  • Aude Motulsky

    Professeure au Département de gestion, d'évaluation et de politique de santé de l'École de santé publique

    Université de Montréal

  • Philippe Després

    Professeur au Département de physique, génie physique et d'optique à la Faculté des sciences et de génie

    Université Laval

  • Cécile Petitgand

    Conseillère séniore Innovation & Intelligence artificielle et chercheuse professionnelle de la santé au centre de recherche du CHUM

    Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM)

  • Jean Noel Nikiema

    Boursier postdoctoral de l'OBVIA, rattaché au centre de recherche du CHUM et au Département de gestion, d'évaluation et de politique de santé de l’École de santé publique

    Université de Montréal

  • Catherine Régis

    Professeure à la Faculté de droit, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la culture collaborative en droit et politiques de la santé

    Université de Montréal

  • Jean-Louis Denis

    Professeur à l'École de santé publique, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le Design et adaptation des systèmes de santé et co-directeur du H-POD

    Université de Montréal

Articles récents

Nous joindre

On reste en contact?

Vous souhaitez être au courant des dernières activités de l’Observatoire? Inscrivez-vous à notre infolettre.

L'Observatoire international sur les impacts sociétaux de l'IA et du numérique est rendu possible grâce au soutien des Fonds de recherche du Québec.